Effectuer une recherche

Réintégration de la France dans l’OTAN : au-delà des arguments

Pourtant ce qui risque de disparaître avec les spécificités françaises, mais aussi celles des Etats membres de l’Union mais non-alignés OTAN (Finlande, Autriche, Suède, Irlande…) ce sont les éléments de modernité politique de l’Union. L’OTAN n’a jamais accepté la politique européenne de défense ; elle veut une « identité » européenne. Que cache ce changement de terme ?
Le fait qu’une identité politique ne définit pas une volonté. Elle se présente comme une culture, un mode d’être, non une volonté d’agir. Or la politique européenne de sécurité et de défense, même embryonnaire, reposait sur un long apprentissage de dépassement des conflits, d’acceptation des minorités, d’un dépassement des traumatismes mémoriels. La PESD n’est pas seulement la formation d’une capacité de défense, mais le développement d’un savoir et de moyens civilo-militaires, la mise en place d’une gamme d’outils reliant diplomatie, aides d’urgences et lentes reconstructions, financement et diplomatie préventive ; connaissance des mesures de confiance, soutien aux négociations de limitations des armements, notamment à travers l’Organisation de Sécurité et de Coopération en Europe…
Le vrai débat n’est pas de dire « oui » ou « non » à l’OTAN, mais de s’interroger sur la possibilité d’aller au-delà de cette alliance militaire vers la mise en place de systèmes de sécurité collective, voire coopérative. Ceci appartient à la « culture stratégique européenne », beaucoup moins à celle de l’OTAN, plus classiquement orientée vers l’usage de la force.

Entre la fin de la seconde guerre mondiale, en 1945 et le Traité de Rome de 1957, douze ans seulement. Entre la fin du Pacte de Varsovie (1991) et aujourd’hui, dix huit ans déjà, et la représentation de la menace russe a toujours cours !

1 2 >>




Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration