Effectuer une recherche

Lettre ouverte de Justice et Paix Haïti au Premier ministre

Monsieur le Premier Ministre,

Le 12 janvier de ce mois, le pays a été frappé par un terrible séisme, inattendu, même si les scientifiques en avaient prévu la possibilité depuis un bon temps. Les événements ont pris le devant sur les discussions politiques stériles, pour un petit moment. Il y a un Peuple et une Nation à sauver. Le séisme n’aura pas seulement des conséquences immesurables pour notre Peuple, mais également pou notre destin comme Nation.

Toute les couches de la population ont été durement éprouvées ; toutes les institutions étatiques, sociales et religieuses. La Commission Justice et Paix elle-même a perdu son Président national, dans la personne de l’Archevêque de Port au Prince, Monseigneur Joseph Serge Miot.

En ce moment il faut sauver, aider, mettre la main, prévoir l’avenir, poser les premier jalons d’une Haïti rénovée, plus juste, plus sensible, moins écartelée, plus soucieuse de tous ses fils et filles.

Monsieur le Premier Ministre, la Commission Justice et Paix vous écrit cette lettre ouverte pour vous faire part de notre préoccupation concernant la présence de l’Etat et du Gouvernement Haïtiens dans ces moments difficiles. Ce n’est pas l’heure des bilans et des critiques. Nous voulons seulement suggérer et proposer, parce que de l’attitude de l’Etat Haïtien dans cette crise et épreuve dépendra sa capacité d’être moteur et inspirateur du nouveau.

- Peu de jours après le séisme nous étions contents de voir le CNE dans la rue avec son gros matériel : déblayer les rues, extraire des survivants, retirer les morts de la rue pour éviter le pire. La distribution du carburant a été rétablie rapidement et efficacement avec l’aide de secteur privé. La population sinistrée est apparemment assez bien approvisionnée en eau qui ne devrait pas manquer, vu que le sous-sol près de la Capitale en contient des réserves importantes.

- Ce que la population manque en

1 2 3 4 >>




Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration