Effectuer une recherche

Gao, l’antichambre du Diable

Guy Aurenche a été membre de Justice et Paix de nombreuses années. Il est aujourd’hui Président du CCFD-Terre solidaire. De retour de mission à Gao, il témoigne...

Nul Français n’a pu ignorer les conditions du renvoi, médiatisé, en Afghanistan de trois migrants malchanceux.
Mais qui pourrait imaginer le sort que subissent actuellement des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants qui meurent sous le soleil, à la frontière algéro-malienne ?
Leur tort ? Avoir tenté la migration vers l’Europe et avoir été refoulés depuis le sol européen, ou depuis l’Algérie, le Maroc ou la Libye. C’est en effet à ces pays « amis » que la France, l’Italie, l’Espagne confient la gestion de ces retours au pays.
À Tinzaouaten, un oued asséché sépare le Tinza algérien du Tinza malien. Entassés dans des abris de fortune ou des maisons effondrées, des centaines d’être humains tentent de survivre à la chaleur, la soif, pire aux violences des trafiquants en tout genre qui peuplent le désert. Pire encore, ils essaient de demeurer humains après avoir vécu l’épreuve de l’humiliation, des brutalités policières, des vols et des viols. En un mot, de la déshumanisation subie depuis le lieu de leur arrestation jusqu’à cet endroit, qu’ils surnomment « l’antichambre du diable ».
Chaque semaine, des véhicules algériens déversent leur cargaison humaine comme l’on déverse des déchets encombrants dans le jardin du voisin. Il faut bien en effet vider régulièrement les camps de rétention surpeuplés par les vagues successives de refoulements. Répartis en "ghettos", par nationalité, des Camerounais, Libériens, Nigériens et Nigérians, Sénégalais, Ivoiriens ou Maliens subissent la loi des caïds et attendent, sous le regard des militaires. Il est facile d’imaginer l’esclavage auquel des individus dépouillés de tout peuvent être livrés pour tenter de réunir le peu d’argent qui leur

1 2 3 >>

Le Mali : 12M d’habitants, 1 240 238 km², a des frontières avec 7 autres pays africains.
En 2006, l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des Etats membres de l’Union (FRONTEX) a lancé un plan d’action pour réduire les migrations clandestines d’origine subsaharienne.
Tinzaouaten : localité du nord du Mali, située à la frontière avec l’Algérie, à 600 km de Gao, à 1800 km de Bamako.
Depuis 2006, une équipe, autour du P. Anselm Mahwera, accueille à Gao des migrants en détresse, refoulés par l’Algérie et la Libye
Depuis juillet 2009, la Croix Rouge malienne et le CICR (Comité International la Croix Rouge et du Croissant rouge) y offrent aux migrants une assistance humanitaire.





Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration