Effectuer une recherche

L’addition de la corruption est payée par les pauvres

En juin 2006, une conférence internationale, « La lutte contre la corruption », est organisée à Rome par le Conseil pontifical Justice et Paix. Son président, le cardinal Martino, la conclut en déclarant : « Il n’est pas acceptable que l’addition de la corruption soit payée par les pauvres. »

Il fait ainsi écho aux propos tenus par Eva Joly, l’ancienne magistrate française de l’affaire Elf, devenue à l’époque conseiller spécial du gouvernement norvégien pour la lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent. Elle proclame que la corruption est contraire aux vertus démocratiques, qu’elle est une incivilité, un mensonge qui voile les réalités. La Norvège, par exemple, consacre une part significative de sa généreuse aide publique au développement au soutien des organes de justice, aux politiques de prévention et de formation, même au financement de procès.

La même Eva Joly vient de publier, avec Judith Perrignon, un roman policier, Les yeux de Lira (Les arènes, Paris), qui se déroule sur fond de corruption liée au pétrole nigérian. Entre Lagos, Paris, Saint- Pétersbourg, les îles Féroé et Londres, un policier africain, une journaliste russe et un greffier français en sont les personnages principaux. Ils démontent les mécanismes qui lient les paradis fiscaux au Lichtenstein et la corruption pétrolière. On y voit le rôle de la CIA qui exfiltre un banquier véreux.

Il convient de dénoncer ces mécanismes amoraux qui soutiennent des activités amorales : trafic d’espèces protégées, trafic de déchets, pillage des ressources naturelles comme le bois, traite des personnes, prostitution, trafic d’organes, migrations clandestines, contrefaçons, crime organisé, drogue, terrorisme, trafic d’armes. Dans tout cela, le blanchiment existe, car il y a des paradis fiscaux, des lieux sans vraie fiscalité, des lieux non transparents, des lieux qui refusent l’échange d’informations, des lieux où

1 2 3 >>




Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration