Effectuer une recherche

Le désarmement nucléaire : Utopie ou choix politique ?

Justice et Paix France, Pax Christi et la Faculté de Sciences sociales et économiques de l’Institut catholique de Paris organisent, les 16 et 17 mars prochains, un colloque sur le désarmement nucléaire avec la participation d’experts et de politiques. Il a pour but de clarifier la problématique du désarmement nucléaire à la veille des élections présidentielle et législatives. Les questions suivantes y seront soulevées :

1) Quelle est aujourd’hui la raison d’être de l’armement nucléaire ? Dans le contexte de la guerre froide, la dissuasion nucléaire était un élément fondamental de l’affrontement des deux blocs. Est-elle encore nécessaire aujourd’hui ? Dans quelle mesure assure-t-elle une protection adaptée contre les nouvelles menaces de l’après-guerre froide : terrorisme, effondrement des structures politiques dans certains Etats, conflits ethniques ou religieux, persistance de tensions graves, comme par exemple au Moyen-Orient, au Cachemire, sur le territoire de l’ancienne URSS ?

2) La lutte contre la prolifération des armes nucléaires est-elle compatible avec l’absence de progrès dans le désarmement nucléaire ? Le dispositif établi par le Traité de non-prolifération (TNP) est inégalitaire par nature. Il réserve l’armement nucléaire à cinq puissances (Etats-Unis, Russie, Royaume Uni, France, Chine). En contrepartie, il fait obligation à ces puissances de mener « de bonne foi » des négociations de désarmement, et il garantit à tous les Etats un droit d’accès aux technologies nucléaires, dès lors qu’elles sont pacifiques. Cette garantie est toutefois problématique dans la mesure où il est en pratique très difficile de distinguer, en matière nucléaire, entre technologies civiles et militaires. Le TNP laisse en outre aux Etats qui n’en sont pas signataires : Israël, Inde, Pakistan, la liberté de développer un arsenal nucléaire. Dès lors, le régime de non prolifération apparaît

1 2 3 >>




Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration