Effectuer une recherche

Le populisme : un nationalisme d’humeur

Ces crises bouleversent notre économie et notre conception du vivre ensemble. Elles mettent en lumière la perte d’un certain nombre d’avantages, acquis par des luttes qui ont marqué tout le XXème siècle : il s’agit de tout un ensemble de droits fondamentaux que personne ne veut perdre et qui détermine le modèle français de nos relations sociales.

L’expérience ou la perspective de ces pertes suscite le repli sur soi, la défense de ses intérêts personnels ou corporatistes. La nostalgie du passé provoque alors la naissance d’un réflexe de défense. Ce fut le cas du mouvement créé par Pierre Poujade dans les années cinquante pour la Défense des Commerçants et Artisans (UDCA). Il donna naissance au populisme de droite dont certains leaders extrémistes d’aujourd’hui sont issus ; tandis que le populisme de gauche s’inspirerait de 1968.

De droite comme de gauche, le populisme est une combinaison de colères. Il se présente comme un « nationalisme d’humeur » selon l’expression de René Rémond et s’inscrit dans l’échiquier politique comme un mouvement de protestation.

De droite comme de gauche, les populismes se retrouvent dans une critique agressive des responsables politiques en place et fédèrent les personnes qui se considèrent comme les victimes d’injustices quelles qu’elles soient. C’est ainsi que l’on peut trouver parmi les adeptes de tels mouvements, des riches qui s’estiment lésés par le fisc et des travailleurs pauvres qui ne peuvent vivre du salaire reçu. On trouve côte à côte ceux qui se plaignent, quel que soit le type de leur plainte.

La vision sociale du populisme est de ce fait très simplifiée. Elle est binaire. Il n’existe qu’un peuple… un peuple indifférencié. Le « peuple de France ». La dominante du populisme est qu’il n’existe pas de groupes sociaux en interaction qui pourraient faire valoir des priorités, des choix différents qu’il conviendrait

1 2 3 4 >>




Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration