Effectuer une recherche

Mettre fin aux relations incestueuses unissant la haute finance publique et privée

Lettre ouverte de Sr Cécile Renouard suite à la proposition du président François Hollande de nommer Francois Villeroy de Galhau, numéro 3 de BNP Paribas au poste de gouverneur de la Banque de France

Religieuse de l’Assomption, professeur au Centre Sèvres et à l’ESSEC Business School, Sr Cécile Renouard réagit.

La proposition par Francois Hollande le 8 septembre du nom de Francois Villeroy de Galhau, numéro 3 de BNP Paribas jusqu’en avril dernier, au poste de gouverneur de la Banque de France suscite des remous.

Le 15 septembre dernier, 150 universitaires dont Thomas Picketty, Gael Giraud et Cécile Renouard signaient un texte publié par "Le Monde" protestant contre cette proposition qui rompt avec l’éthique. En effet, la pratique jusque-là respectée veut qu’un dirigeant d’une banque privée ne peut présider aux destinées d’une instance chargée de veiller à son bon fonctionnement.

Au moment où François Villeroy de Galhau s’apprête à être entendu par les commissions des Finances du Sénat et de l’Assemblée nationale afin qu’elles se prononcent sur sa nomination, Cécile Renouard, professeure à l’ESSEC et au Centre Sèvres, explicite dans une lettre ouverte à François Villeroy de Galhau, les raisons de son désaccord avec sa nomination au poste de gouverneur de la banque de France.





Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration