Effectuer une recherche

Banques. La mauvaise réputation - A savoir

Les banques sont des entreprises qui revêtent des formes juridiques différentes. Il s’agit soit, de sociétés anonymes : elles appartiennent alors à leurs actionnaires -tel est le cas par exemple de BNP-Paribas ou de la Société Générale-, soit de sociétés mutualistes ou coopératives : elles appartiennent alors à leurs sociétaires, tel est le cas notamment du Crédit Coopératif ou du Crédit Mutuel.
Les grandes banques françaises exercent leurs activités, non seulement sur le territoire national -on ne compte pas moins de près de 40 000 agences bancaires- mais aussi dans un grand nombre de pays étrangers. En sens inverse, près de 90 banques étrangères, européennes notamment, disposent d’une succursale en France.
(...)
Une banque est un rouage déterminant pour le fonctionnement de l’économie à tel point que l’exercice de cette activité a toujours fait l’objet d’une surveillance étroite de la part de la puissance publique. En France, c’est une autorité administrative présidée par le Gouverneur de la Banque de France -l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution- qui autorise la création d’un banque (agrément) et est en charge de surveiller étroitement qu’elle agit conformément aux lois et règlements en vigueur en protégeant ainsi les intérêts de ses clients. Il existe aujourd’hui plus de 600 établissements de crédit exerçant leur activité en France et les plus grands d’entre eux font aujourd’hui l’objet d’un contrôle direct par la Banque Centrale Européenne (BCE), comme leurs homologues de la zone euro (A savoir...) (PDF)

Télécharger le document complet NL Finances et Ethique n°4 - Banques. La mauvaise réputation (PDF)





Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration