Effectuer une recherche

Confiance : pactiser avec la finance ? -A savoir-

La confiance désigne un rapport social où l‘autre est vu comme un partenaire digne de foi, une personne avec qui on peut entrer dans un projet de coopération à somme positive pour tous.

La finance repose sur la confiance. La confiance en la monnaie dépend de la confiance que l’on porte au système bancaire et d’émission monétaire, laquelle est liée à la politique publique de crédit, d’investissement, de fiscalité, de contrôle et aussi à l’organisation et au management des banques. [...] Quelqu’un à qui on fait crédit, c’est quelqu’un que l’on crédite de sa confiance : on croit en lui, en sa capacité et sa volonté de rembourser.

Une attitude optimiste. La confiance repose sur des attentes positives au sujet des intentions d’un partenaire et sur une possible coopération ; elle est au-delà des calculs totalement rationnels, mais elle peut aussi s’appuyer sur l’expérience des interactions passées, sur la réputation, sur des informations concernant le partenaire.

La méfiance. La confiance est fragile et peut être détruite rapidement. La méfiance s’alimente de la peur, de rumeurs et du soupçon de mensonge concernant l’autre partenaire. Elle bloque les relations contractuelles et freine les affaires, le commerce. (A savoir)

Télécharger le document complet NL Finances et Ethique n°6 - Confiance : pactiser avec la finance ? (PDF)





Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration