Effectuer une recherche

Octobre 2016 : Frère Roger de Taizé : un politique pour aujourd’hui ?

Taizé, un modèle politique ?
Telle n’était sûrement pas la vision de frère Roger qui préférait le langage de l’Évangile, où les chrétiens sont invités à vivre comme des ferments pour travailler la pâte. [...]
Le fondateur de Taizé s’est toujours intéressé à la politique au sens large du terme. On peut retrouver en lui l’héritier d’un grand-père pasteur dont il ne parlait jamais. Cet homme d’Église attentif aux questions de justice sociale était pacifiste. Frère Roger porte attention à toute forme de souffrance, de conflit ou de division. Poussé par une nécessité intérieure, sans baisser les bras face à des situations d’une extrême complexité, il exhorte : "Il faut faire quelque chose !", convaincu qu’"avec presque rien", un petit nombre de personnes peuvent infléchir le cours de l’histoire : "Par eux se renversent certains déterminismes de brutalité et de haine. Ils rétablissent une harmonie avec le Christ".
À temps et à contretemps, il encourage les jeunes à chercher "la paix du cœur" et à imaginer des moyens alternatifs pour "rendre la terre habitable par tous" avec pour tout programme, le réalisme d’une foi agissante et une référence au pape Jean XXIII annonçant l’esprit oecuménique du concile : "Nous ne ferons pas un procès historique. Nous ne chercherons pas qui a eu tort et qui a eu raison. Nous dirons seulement : Réconcilions-nous !"

La Lettre de Justice et Paix d’octobre 2016, ouvre ses pages centrales à un important dossier intitulé "Quelle stratégie de sécurité pour l’Europe ?" en une contribution des évêques européens à la stratégie globale de l’Union européenne pour la politique extérieure et de sécurité commune.





Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration