Effectuer une recherche

La dette des Etats, une arme à fragmentation ? - A savoir -

La dette publique concerne des emprunts contractés par des administrations publiques, des collectivités territoriales ou des organismes de sécurité sociale. En France, mi-2016 cette dette s’élevait à 98% du PIB, soit plus de 2 137 milliards d’euros. Le service annuel de la dette française (intérêts plus une partie du capital) représente 46 milliards d’euros soit 2% environ de la dette totale.
La dette de la Grèce a atteint 177% du PIB, celle de l’Italie 133% et celle du Portugal 129% du PIB ; c’est dire que la richesse produite dans ces pays ne suffit pas à rembourser les emprunts souscrits. La dette américaine représente 104% du PIB. Le Japon bat tous les records avec une dette publique représentant 229% du PIB.
Qui détient la dette ?
[...] En France, 30% de la dette publique est détenue par des épargnants Français (caisses d’épargne, les banques, bons du Trésor, obligations d’Etat). Les 70% restants de la dette publique ont été souscrits par des investisseurs étrangers : les pays du Moyen-Orient, les pays pétroliers, la Chine et des fonds d’investissements occidentaux. [...] Aux Etats-Unis, les plus gros créanciers sont des fonds chinois (6,5%), japonais (6%) puis des acteurs résidant dans les paradis fiscaux des Caraïbes (1%) et brésiliens (1%). On fait ainsi face à une situation paradoxale et dangereuse pour les équilibres géostratégiques. Au Japon en revanche, la dette publique est détenue à plus de 80 % par des nationaux ; ainsi, il n’y a pas risque de crise majeure. Les pays incapables de rembourser leur dette auront beaucoup de peine à emprunter à bon marché : ils n’arriveront pas à payer le service de leur dette et devront emprunter à nouveau. En même temps, pour obtenir de nouveaux prêts, il leur est demandé par les créanciers de mettre en place une politique d’austérité afin de dégager un surplus destiné à rembourser la dette (poursuivre).

Télécharger le

1 2 >>




Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration