Effectuer une recherche

Rejeter la faute sur les autres ou les politiques de diabolisation

22 février 2017.
Le journal La Croix revient sur la présentation du rapport annuel 2016 de l’ONG Amnesty International.
Cette présentation était axée sur les dangers en Europe d’un discours de "déshumanisation pratiquée par des partis qui peuvent se dire centristes".
Le rapport insiste sur l’émergence de discours politiques rejetant la faute sur les "autres", notamment les réfugiés et les migrants.
Cinq exemples de politiques de diabolisation y sont relevés : aux Etats-Unis, en Hongrie, en Turquie, aux Philippines et en Birmanie.
Concernant la France, Camille Blanc, de la branche française de l’ONG, relève la persistance de l’état d’urgence qui restreint les droits fondamentaux en vertu des conditions de sécurité.





Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration