Effectuer une recherche

La dette privée : les mécanismes pervers - A savoir -

La dette crée un système de dépendance entre un prêteur et un emprunteur. Les emprunteurs peuvent être des particuliers (ménages et/ou entreprises) ; on parle alors de dette privée.
Ils peuvent être des Etats ou des institutions internationales : on parle de dette publique.
Si l’emprunteur est entré dans ce système de dépendance, c’est qu’il avait des besoins financiers pour acquérir certains biens ou services, mais aussi pour rembourser d’autres dettes restées impayées.
Si le prêteur accepte ce contrat, c’est qu’il y trouve des avantages : des intérêts qui rémunèrent son risque, une bonne allocation de ses actifs financiers en excédent, un pouvoir de domination.

Les ménages empruntent pour financer des achats (immobilier, biens de consommation, etc.), pour payer des loyers ou rembourser des crédits plus anciens. D’autres encore empruntent pour investir dans des créations d’entreprises ou pour acheter des actions ou des obligations. Ces acteurs se tournent vers leurs banquiers (ou leurs amis si ces derniers sont à l’abri du besoin).
Les entreprises se livrent à des pratiques semblables pour investir dans du matériel, acheter leurs matières premières, pour leur trésorerie et leur développement, voire pour produire ou fonctionner, tout simplement. C’est là la fonction traditionnelle des banques : financer des demandes d’emprunteurs. Elles signent un contrat avec leurs clients qui s’engagent à rembourser (extinction de l’endettement) à des périodes précises avec un surplus (l’intérêt). poursuivre

Télécharger le texte complet NL Finances et Ethique n°9 - Les mécanismes pervers des dettes privées(PDF)





Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration