Effectuer une recherche

Septembre 2017 : Vers un état d’urgence permanent

Ce mois-ci, La Lettre s’interroge sur le rapport entre le "coût" des restrictions des libertés et le "bénéfice" en termes de sécurité que peut apporter l’instauration de l’état d’urgence. Il est du devoir des pouvoirs publics de protéger la population et d’apporter des réponses concrètes et efficaces pour assurer la sécurité. Mais la restriction des libertés publiques ne saurait être la réponse aux actes de terrorisme. Nous nous devons de faire la pédagogie qui n’est pas venue du côté du gouvernement, car oui, bien évidemment, à la sécurité mais pas au détriment de la liberté.
Le dossier traite du développement humain dont la création du nouveau dicastère romain se fait l’écho. "L’interdépendance entre les êtres humains et le lien qui s’établit entre les différentes composantes de notre monde résonnent fortement en gravité car la crise environnementale n’est pas séparable des racines humaines" indique Ignazio Torres, chargé de mission, Réseau International pour une Economie Humaine (RIEH) "Pour que la justice et la paix soient la condition de possibilité de l’existence de notre monde, l’horizon de notre humanité et la tâche pour nos sociétés, il est nécessaire que l’imagination créatrice de tout homme, tout l’homme et tous les hommes se mette à l’oeuvre."
Enfin, Michel Drain met en lumière les illusions de sécurité de l’arme nucléaire.

Télécharger la Lettre de septembre 2017 (PDF)





Voir d'autres articles sur le même sujet :
Edité par le Service National pour les Questions Familiales et Sociales - Conférence des évêques de France
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Conditions Générales d’Utilisation | Accès à l'administration