En France, nous avons connu cet été plusieurs épisodes de canicule, de très graves incendies et des pluies torrentielles. Or, dans le même temps les nappes phréatiques ont continué de s’appauvrir, amenant certains territoires à rationner la distribution d’eau. Mais la sécheresse en France est bien peu de chose par rapport à la « diagonale de la sécheresse » qui s’étend du Sénégal à l’Indus.

5 000 m3 d’eau sont disponibles en moyenne par personne et par an dans le monde, contre 12 000 il y a 40 ans.

La terre a été « la planète bleue » grâce à l’or bleu qu’est l’eau, mais si l’eau manque, les tensions se font jour, la famine et les réfugiés climatiques apparaissent, les guerres de l’eau se multiplient.

« L’eau peut être source de conflits, mais aussi de coopération. Il est essentiel que nous travaillions tous ensemble pour aboutir à une meilleure gestion de nos ressources » (António Guterres, SG-ONU).

Des solutions existent, en particulier le dessalement et le recyclage des eaux usées, mais elles sont consommatrices d’énergie et produisent de la saumure qui, rejetée dans la mer, modifie l’écosystème marin.

Il nous faut apprendre à utiliser l’eau avec intelligence et à la partager.

Télécharger la  Lettre n°282 septembre 2022  -PDF- 

Un R20 au G20

En marge du G20 s’est tenu en Indonésie un « sommet des leaders religieux » du monde. À l’évidence, l’Indonésie cherche sa place dans…

À quoi sert l’ONU ?

Début 1942, 26 pays auxquels s’ajoutèrent une vingtaine d’autres dont la France libre, adoptèrent une « Déclaration des Nations-Unies » les…

L’Église catholique en Chine populaire

Au moment où se terminait le 20e Congrès du Parti Communiste Chinois, qui confirmait la ligne politique dure « à la Mao » du leader suprême Xi,…